First Round

Nathan Besse est un jeune réalisateur bourré de talent. Il m’a contacté un peu par hasard afin d’avoir des infos concernant le lieu de tournage du clip des « Dirty fingers« . Etant à Paris, Charleroi était un peu loin pour lui. Mais il m’a quand même proposé de photographier son prochain tournage. Une « fausse » pub pour Everlast. Nathan est entrain de monter son portfolio, et ce genre de clip est parfait pour cela. Comme il dit, il fait de l’image. Le but étant de montrer ce qu’il est capable de faire à des boîtes de publicité plus importantes.

J’ai donc décidé d’accepter son invitation. J’avais rendez-vous  à 9H30 en périphérie de Paris dans une usine partiellement désaffectée. Sans même savoir à quoi ressemblait Nathan, ce n’était pas franchement rassurant. Mais après quelques heures sur place, l’intégration dans l’équipe s’est bien passée. Je n’ai pas failli à la réputation des belges… Des gens marrants, et surtout sociables.

N’y connaissant rien au monde de la vidéo, j’ai vraiment été impressionné par le déploiement de matériel nécessaire. Des lights, des accessoires pour la déco, deux maquilleurs, des assistants et une RED. Une « rouge »? Non, une RED… Une caméra qu’on croirait fabriquée par Mr Mecano… Tout est en Kit. On assemble sa machine comme on souhaite l’utiliser. Vraiment génial.

C’était aussi la première fois que je voyais un story board. Alors que j’aime photographier ce qui passe devant mon objectif, là c’est tout à fait différent. Il faut penser le scénario dans les moindres détails avant même d’avoir trouver l’endroit et les acteurs. Inimaginable pour moi, mais Nathan fait ça de façon vraiment précise.

J’ai donc suivi, tourné autour et au dessus de l’équipe tout la journée. En essayant de reproduire des images telles que je les voyait sur le moniteur. Je me suis aperçu qu’au final j’avais fait très peu de photo en mode portrait. Et oui, la caméra, contrairement au Reflex, ça ne se tient que dans un sens. J’ai également tenté d’avoir un rendu proche du rendu final du clip. Dans l’ensemble je suis content de mon travail.

J’ai appris pas mal de choses en une journée! Paris, c’est pas la porte à côté surtout quand on fait l’aller-retour en 24 heures, pour faire un clip d’ 1min42′. Il faut plus de 16 heures de tournage, et même qu’on peut conduire la nuit dans les tunnels de la rue de Rivoli le coffre grand ouvert avec deux types qui filment une grosse américaine collée au pare-choc sans être trop dérangé!

Merci à toute l’équipe pour son accueil et sa sympathie! A quand le prochain tournage sur le Basket avec Michael Jordan qui fait son come-back? 😀

Après les photos, il est normal que je vous montre le résultat de ce qui a été photographié. Bluffant non?

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

*

*

A r t i c l e s
T a g s
F a c e b o o k